Traqué, tome 3 : Piégée, la proie est plus dangereuse que le chasseur - Andrew Fukuda

Auteur : Andrew Fukuda
Éditions : Michel Lafon
Genre : Dystopie
Date de publication originale : 2015
Pages : 395

       "Le train arrive au cœur de la journée."

Synopsis :
 Gene et Sissy ont réussi à fuir le refuge d'humains dévasté, la Mission. À bord d'un train qui fonce vers l'inconnu, ils ignorent tout de leur destin : vont-ils arriver dans l'idyllique Civilisation, leur Terre promise, ou rejoindre la cauchemardesque cité des crépusculaires ?
Pour ces créatures assoiffées de sang, ils sont la plus délicieuse des nourritures. S'ils veulent survivre, ils doivent à tout prix trouver le remède qui les transformera en humains. Mais pour cela, Gene devra percer le plus horrible des secrets et se confronter à sa pire ennemie : Ashley June, son premier amour.
Dans cette série :
Cliquer sur la couverture pour découvrir ma chronique
https://exulire.blogspot.fr/2017/04/traque-tome-1-cessez-detre-la-proie.html https://exulire.blogspot.fr/2017/05/traque-tome-2-liberez-le-predateur-qui.html

Ce que j'en ai pensé :

Dernier tome de cette trilogie, j'ai trouvé cet opus un peu en dessous des précédents. Gene et Sissy ont rendez-vous au Palais où le destin des élus n'est pas celui tant espéré. De nouvelles rencontres, de nouvelles péripéties et surtout beaucoup de morts vont jalonner cette fin.

Mais voilà, j'ai trouvé la première partie de ce roman beaucoup moins rythmée que les deux premiers tomes, Andrew Fukuda s'essouffle pour nous donner des réponses à certains questions que nous pouvions nous poser suite à notre lecture précédente. Cette volonté de nous éclairer ralenti l'histoire, nous enlisant dans la pénombre des galeries du Palais. J'ai trouvé le tout un peu long même si l'approche est assez originale : ce garde-manger gigantesque où les homiférés n'ont rien d'autre à faire qu'attendre l'inévitable. Antichambre de la mort, l'espoir n'existe plus, les personnages déambulent sans but, réduit à attendre sans espoir, seul dans le noir. Ce passage est très dur , très noir et on ne peut que faire le lien avec les camps de concentration ; le parallèle entre la déshumanisation de ces personnages et le fait qu'ils soient justement les derniers humains est dérangeant. Ici, plus de nom, plus d'amis, chacun protège le peu d'humanité qui lui reste en ne fraternisant pas avec les autres, leur volonté commune est que les crépusculaires choisissent l'autre plutôt que lui, il se protège naïvement pour repousser l'inévitable et se refuse une dernière attache avec l'autre. L'entraide n'existe plus, l'esprit de combattre non plus, tout est ravagé et conditionné par l'alarme sonore dont on entend l'écho encore longtemps après la lecture de ce passage.

Ce n'est qu'une fois, Gene et Sissy sorti de cet enfer pour sauver les êtres qui leur sont chers, qu'Andrew Fukuda retrouve sont panache et son explosivité. La peur est de nouveau présente, nous ne sommes plus spectateur du destin tragique des derniers homiférés mais au contraire nous redevenons acteur au côté de ces personnages si attachants. La course se poursuit là où tout à commencer. La nuit laisse place au jour sans que nous n'arrivions à prendre une pose. L'angoisse monte crescendo jusqu'à découvrir la vérité sur les crépusculaires et les homiférés

Une chose est sure, je n'aurai jamais imaginé cette fin, un retournement de situation qui peut laisser perplexe certains lecteurs, mais que j'ai particulièrement appréciée.  Je ne vous en dirais pas plus, sachez juste que le folklore s'invite dans les dernières pages nous laissant, rêveur d'une éventuelle suite, car il reste juste quelques toutes petites questions qui restent sans réponse.

Citations :

"-Je t'apprécie, reprend le Patron avec gentillesse. Je tenais à te la dire avant d'en venir à notre affaire. Et si je finis par te dévorer un jour, sache que ça n'a rien de personnel, car je t'apprécie vraiment."

"Elle tremble, elle frissonne. elle est à bout, son corps s'apprête à convulser de façon incontrôlable, ses yeux, à s'inonder de larmes. Ma Sissy, si forte et courageuse. Sur le point d'être mise à terre.
Cela remue quelque chose en moi. Cela provoque un choc violent, telles des plaques tectoniques qui se superposent. Je reprends la parole. Avec une tendresse renouvelée et fervente.
- Sissy.
Elle redresse la tête. Elle marque une seconde d'hésitation, comme si elle n'était pas certaine de bien déchiffrer mon expression, d'avoir bien interprété mon ton. Puis je patauge jusqu''à elle et la relève délicatement, l'enveloppant de mes bras."

Le mot de la fin :

Un dernier tome au rythme un peu moins soutenu qui permet de donner réponses à presque toutes les questions que nous pouvions nous poser dans les tomes précédents. Un tome qui n'appelle pas forcément une suite malgré le fait que j'aurai bien aimé retrouver bientôt ces personnages auxquels je me suis particulièrement attachés. Une très belle découverte que cette trilogie. Je vous la conseille.
 
***

Commentaires

  1. J'ai adoré cette fin moi! Je trouve ça génial comme idée, et puis il est difficile de la voir venir celle-là ^^
    Pour ma part j'ai beaucoup aimé la première partie également :) Je la trouvais peut-être plus lente, mais honnêtement ça ne m'a pas gênée du tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention peut être spoilers : Moi aussi j'ai beaucoup aimé cette fin, je n'aurai jamais imaginé ce retournement de situation, de temps, de chronologie ... C'est tellement bien amené.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

Illusion, tome 1 : Le commencement - Charlotte Sanchez

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

Sleepy Hollow La légende du Cavalier sans tête - Washington Irving