Le comte de Monte-Cristo, tome 1 - Alexandre Dumas

Auteur : Alexandre Dumas
Edition : Folio (classique)
Genre : Classique
Date de parution : 1844
Pages : 703

Ma note : 16/20

"Le 24 février 1815, la vigie de Notre-Dame de la Garde signala le trois mâts le Pharaon, venant de Smyrne, Trieste et Naples."

Synopsis :
Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, second du navire Le Pharaon est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans une geôle du château d'If, sur l’île du même nom, au large de Marseille. Après quatorze années, il réussit à s’échapper et s’empare du trésor de l’île de Monte-Cristo, dont l’emplacement lui a été révélé par un compagnon de captivité, l’abbé Faria. Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de « comte de Monte-Cristo », de se venger de ceux qui l’ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s’élever dans la société.

Ce que j'en ai pensé :

J'ai mis un peu de temps à préparer cette chronique car j'ai voulu vous faire découvrir plusieurs aspects de ma lecture : repères temporels*, liens entre les personnages principaux à la fin de ce premier tome* et petits bonus.
*J'ai réalisé ces images et j'espère qu'elles pourront vous aider dans votre lecture. Vous pouvez également trouver ce liens sous Wikipédia, mais cela dévoile des spoilers du tome 2.

Voici quelques temps que je souhaitais lire le comte de Monte-Cristo. En effet, je connais plus Alexandre Dumas de par ces adaptations audiovisuelles que par ces romans. C'est tout de même dommage de s'arrêter à cet aspect.

Le comte de Monte-Cristo est considéré comme un classique, mais qui dit classique, dit souvent longues descriptions interminables enrubannées de réflexions philosophiques soporifiques. A mon grand étonnement, j'ai trouvé la plume d'Alexandre Dumas très simple, très addictive avec une succession d'actions qui ne permettent presque pas de s'ennuyer. Je dis presque car les différents chapitres se passant lors du carnaval de Rome ont été pour moi douloureux à passer tant je me suis ennuyée et j'ai maugréé durant toute sa lecture dont le rythme a inévitablement diminué.
A part ce passage délicat, j'ai trouvé le style d'une grande modernité et on accompagne Edmond Dantes dans sa descente aux enfers dans les basfonds de son cachot puis sa lente remontée vers la lumière du jour pour mettre en place un plan machiavélique pour assouvir sa vengeance.
Edmond Dantes, marin dévoué à son armateur marseillais : monsieur Pierre Morrel, promis à une belle et jeune catalane Mercedes Herrera, va se retrouver au cœur de la tourmente pour avoir seulement voulu, par pure gentillesse, exaucer les dernières volontés de son capitaine de bateau, mort lors de leur traversée. Cette tourmente est causée par trois hommes : Danglars, commis aux écritures du bateau que nous pouvons vulgariser par comptable, jaloux de la réussite d'Edmond, il souhaite devenir le nouveau capitaine dont la place vacante est promise à Edmond. Fernand, cousin de Mercedes, amoureux fou de sa cousine, souhaite faire rompre les fiançailles entre Edmond et Mercedes. Gerard de Villefort, substitut du procureur, souhaite cacher la tendance politique bonapartiste de son père qui pourrait faire de l'ombre à sa propre carrière politique sous Louis XVIII.
 
De ces trois hommes dépend le destin d'Edmond, jeune homme crédule, naïf, amoureux, qui va tout perdre le 28 février 1815, où il sera emprisonner au Château d'If à Marseille durant 14 ans. C'est lors de sa captivité qu'il va connaître l'abbé Faria qui va l'instruire, ouvrir son esprit et lui révéler un secret perdu : un trésor/ Le 28 février 1829, Edmond Dantes est libre, libre d'aller chercher son trésor et surtout de mettre en place sa vengeance auprès de ces trois hommes qu'il commence à orchestrer en 1938. Et si vous ne voulez pas vous perdre, je vous conseillerais de prendre note les personnages comme je l'ai moi-même fait. Voici les liens entre les personnages à la fin du tome 1(n'hésiter pas à cliquer sur l'image pour mieux la voir) :




 
 
C'est donc un grand roman d'aventures que nous livre Alexandre Dumas, extrêmement bien écrit, malgré que l'on se perde parfois dans la profusion des personnages qui changent de noms et dans les subterfuges d'Edmond Dantès qui prendra l'apparence du Comte de Monte-Cristo, de Sinbad le marin, de Lord Wilmore et de l'abbé Busoni. La mise en place de la vengeance dans le dernier tiers de ce roman est quelques fois confuses mais heureusement, on arrive tôt ou tard à retomber sur nos pieds et à reprendre le fil de la lecture. J'avoue avoir été moins conquise par cette mise en place et je vais attendre un peu (pas beaucoup pour ne pas oublier les nombreux personnages, leur rôle, leur passé, leur lien marital, filial ou amical) avant de me replonger dans la suite.
 
 Citations :
 
"Ne pouvant m'avoir pour femme, vous vous contenterez de m'avoir pour amie et pour sœur ; et d'ailleurs, ajouta-t-elle, les yeux troublés et mouillés de larmes, attendez, attendez, Fernand : vous l'avez dit tout à l'heure, la mer est perfide, et il y a déjà quatre mois qu'il est parti ; depuis quatre mois j'ai compté bien des tempêtes !"
 
"La philosophie ne s'apprend pas ; la philosophie est la réunion des sciences acquises au génie qui les applique : la philosophie c'est le nuage éclatant sur lequel le Christ a posé le pied pour remonter au ciel."
 
"Menez deux moutons à la boucherie, deux bœufs à l'abattoir et faites comprendre à l'un deux que son compagnon ne mourra pas, le mouton bêlera de joie, le bœuf mugira de plaisir ; mais l'homme, l'homme que Dieu a fait à son image, l'homme a qui Dieu a imposé pour première, pour unique, pour suprême loi, l'amour de son prochain, l'homme à qui Dieu a donné une voix pour exprimer sa pensée, quel sera son premier cri quand il apprendra que son camarade est sauvé ? un blasphème. Honneur à l'homme, ce chef-d'œuvre de la nature, de roi de la création !"
 
"Je tâcherai de me conformer en tous points aux désirs de Votre Excellence, dit-il ; d'ailleurs je me modèlerai sur M. Ali.
-Oh ! pas du tout, dit le comte avec une froideur de marbre. Ali a beaucoup de défauts mêlés à ses qualités ; ne prenez donc pas exemple sur lui, car Ali est une exception, il n'a pas de gages, ce n'est pas un domestique, c'est mon esclave, mon chien ; s'il manquait à son devoir, je le chasserais pas, lui, je le tuerais."
Baptistin ouvrit de grands yeux.
3Vous doutez ?" dit Monte-Cristo.
Et il répéta à Ali les mêmes paroles qu'il venait de dire en français à Baptistin. Ali écouta, sourit, s'approcha de son maître, mit un genou à terre, et lui baisa respectueusement la main.
Ce petit corolaire de la leçon mit le comble à la stupéfaction de M. Baptistin.
 
"Et le comte [...] partit en murmurant ces vers de Pindare :
La jeunesse est une fleur dont l'amour est le fruit. Heureux le vendangeur qui cueille après l'avoir vu lentement mûrir."
 
Ce qu'il me reste dans la tête :
 
Etrangement, je n'ai pas de scènes en particulier qui me reste dans la tête mais bien tout le cheminement de l'histoire que j'ai énoncé plus haut. Mais je peux dire que je me rappelle de l'inconstance de Mercedes et de la froideur du comte à son retour.
 
Petits bonus :
 
L'île de Montecristo : (source wikipedia)

Elle est visible de la Corse ou de l'île d'Elbe par temps clair sans brume de chaleur. Elle fait partie de l'archipel toscan. C'est un monde à part à cause surtout de son éloignement et de son relief. L'île est rude et sauvage. De forme ovale, elle mesure environ 4 km de long dans son axe nord-sud sur 3,5 km de large dans son axe est-ouest, pour une superficie de 10 km2 et un linéaire de 16 km de côtes.
En 1852, un britannique "George Watson Taylor" achète l'île et fait construire une villa. Il acclimate de nombreuses espèces végétales. L'accès se fait par deux sentiers partant d'une anse, la cala maestra pour desservir les quelques constructions habitées, l'ancienne villa Royale et un musée de sciences naturelles. Un jardin botanique à proximité, créé au XIXe siècle présente une collection d'arbres acclimatés : l'eucalyptus, le cyprès, le palmier dattier, le pin d'Alep, l'agave, le laurier rose, le ficus, l'ailante. A partir de 1874 l'île sert de colonie pénitentiaire..... Comme sur les autres îles toscane, le maquis est présent sur une grande partie de cette île sauvage.
Le gouvernement italien consacre cette île éloignée à la préservation de la nature. Le site est classé depuis 1971 en réserve naturelle par le gouvernement italien. Un couple de gardiens du « Corps forestier » et quelques employés vivent en permanence dans des habitations. L'île n'est accessible qu'à partir d'une crique, la cala maestra, avec une autorisation officielle, au moyen d'un voilier privé. Les ruines d'un monastère du XIIIe siècle, détruit par des pirates en 1553, sont encore visibles.

Le carnaval de Rome : (source Wikipédia)

Le Carnaval de Rome était jadis et jusque durant le XIXe siècle un des plus grands, spectaculaires, anciens et célèbres du monde.
Les évènements principaux du Carnaval de Rome étaient la promenade de masques avec bataille de confetti et bouquets, la course des chevaux libres, appelée course de Barberi, et la bataille de bougies.
Le Carnaval de Rome a disparu. Son importance passée, son déroulement sont aujourd'hui largement oubliés du grand public.
Une des principales rues actuelles de Rome, très longue et droite, est à l'origine une antique voie romaine : la via Flaminia. Durant le Carnaval, les masques se donnaient rendez-vous en masse sur la via del Corso.
La disparition du Carnaval de Rome, aujourd'hui effective, n'a pas été le fruit unique d'une simple désaffection. Son événement principal, la course des chevaux libres, a été supprimé par la municipalité de la ville en 1874. L'Univers illustré écrit à ce propos, le samedi 14 février de cette année, trois jours avant le mardi gras où cette course devait avoir lieu :
La municipalité romaine vient de prendre une résolution qui causera un grand désappointement à la population de la Ville Éternelle.
Depuis un temps immémorial, le carnaval romain se terminait par des courses de barberi, c'est-à-dire de chevaux libres. Les barberi étaient le bœuf gras des Romains. Rien n'était plus original, plus pittoresque que le spectacle de cet escadron de chevaux, crinière au vent, secouant sur leurs flancs pelés des oripeaux, des verroteries, des quincailleries et descendant ventre-à-terre le Corso, au milieu des cris d'une foule en délire.
Les édiles du Capitole ont trouvé que ce divertissement était indigne de la civilisation moderne, et ils l'ont rayé de la liste des plaisirs carnavalesques.
Ce qu'il me reste dans la tête :

Un bon premier tome rythmé dans sa plus grande globalité malgré quelques longueurs. Edmond Dantès qui revient parmi les vivant pour punir ceux qui lui ont volé sa vie et sa jeunesse. Un livre qui restera longtemps je pense dans mon esprit. La suite à découvrir.

Tome 1
Tome 2
***
 

Commentaires

  1. Il faut absolument que je lise ce classique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour moi le classique le plus moderne que j'ai lu, il est incontournable, vas-y !

      Supprimer
  2. Jolie critique ! Voilà un livre que je veux lire depuis longtemps sans jamais me décider à ouvrir ce monument littéraire. Mais ta critique me donne très envie de le faire à présent ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est un incontournable de le la littérature classique. si je t'ai donné envie de le lire et de le sortir de ta PAL je suis contente.

      Supprimer
  3. Wow, quel article documenté ! J'ai dévoré ce livre, un superbe moment de littérature, un voyage incroyable de l'obscurité vers la lumière.
    J'adore la chronologie que tu as faite, c'est génial !
    Malgré le nombre de page, c'est un classique je le pourrai lire et relire tant l'histoire est riche, tant les personnages sont bien construits, tant l'intrigue et les sous intrigues ont su me séduire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pikerun Penseur5 mars 2017 à 18:13

      Comme je te comprends :)

      Supprimer
    2. Merci pour ces beaux compliments ...
      Il ne me manque plus à trouver le temps de me plonger dans la deuxième partie, pour finir la chronologie et l'arborescence ;)
      a bientôt j'espère pour la suite.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Bilan de l'année 2016

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

TTT #20 - Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016