Annie-France Venin, je vous dévoile notre échange...

Le mois dernier j'ai eu le plaisir de découvrir non seulement la plume mais également l'histoire Dans le silence des larmes qui a été écrit par Annie-France Venin.
Depuis, nous avons échangé à de nombreuses reprises et je lui ai proposé de répondre à certaines questions que je me posais sur elle, sur son livre, sur ces nouveaux projets. C'est en toute transparence que Annie-France Venin c'est livré au jeu "question/réponse" et je vous propose de vous livrer cet échange virtuel mais tellement concret.

La première question que j'ai posée à Marie-France Venin est "qui êtes-vous ?". Une question toute simple, toute bête mais finalement pas si évidente à répondre. Cette question l'a donc laissé une seconde perplexe, et a décidé de combler cette absence par ce que ses amis disent d'elle !  :"Au premier abord ils me trouvent réservée voire un peu distante et mystérieuse puis une fois apprivoisée on me découvre drôle et attachante. "Ce n'est pas tout à fait le sentiment que j'ai eu suite à nos échanges ou vous aurais-je apprivoisé dès mon premier mail !!! Au contraire je vous ai trouvé bavarde, passionnée et communicative !!! Serait-ce de ne pas me voir et de rester devant un écran ... Mais une chose est sûre, vous êtes drôle, rien que le fait que vous ayez intitulé le titre de votre message Raiponce, m'a fait sourire, maman jusqu'au bout des doigts tapant sur votre clavier !!! Merci...
Dans la vie de tous les jours, Annie-France Venin est tout d'abord une maman, oui c’est ce qu'elle est depuis onze années ; juste une maman qui élève seule une petite fille adorable respirant la joie de vivre, bien dans sa tête. Que du bonheur !
Ensuite, ses activités principales sont liées à l’écriture comme l’expertise graphologique ou la graphothérapie (rééducation de l’écriture chez les jeunes enfants), d'ailleurs je vous invite à voir son site c'est très intéressant.
Son autre occupation se situe plus dans les travaux manuels pour restaurer une vieille bâtisse familiale au milieu d’un bon morceau de terrain à « domestiquer » ! Donc, pour conclure elle est aussi à l’aise avec un stylo qu’une truelle ou une tronçonneuse... "Comme dit ma fille, je suis multi-tâches..."

Avant de parler plus précisément de son livre, j'ai voulu savoir ce qu'elle lisait enfant, quels sont ces auteurs et livres préférés, et ce qu'elle lit au quotidien.
Comme beaucoup d'entre nous, quand elle était enfant elle lisais le Club des Cinq, le clan des sept, les six compagnons etc. Toute la collection Verte et rouge y sont passées. "Je passais beaucoup de temps à lire. Cela me manque aujourd’hui. Malheureusement pour moi, je ne trouve pas le temps de lire, ou bien je commence et je ne finis pas... "Adolescente, j’ai dévoré Daphné du Maurier, Elisabeth Goudge, Agata  Christie, J. Benzoni, Bordonove, Alistair Mc Lean... Je puisais dans la collection Vécu je crois ou la Sélection du Reader Digest, des récits ou romans sur la seconde guerre mondiale.Pour ceux qui, comme moi, n'ont pas connu la collection Vécu, il s'agit d'un magasine édité par Glénat à partir de 1985 qui a disparu je crois de nos jours. En ce qui concerne la Sélection du Reader Digest, moi aussi j'ai emprunté de nombreux livres dans la collection de ma mère, en particulier, les condensés de romans, j'ai pu découvrir ainsi l'allée du roi. Je continue à piocher encore dans cette collection lorsque je suis en vacances chez mes parents et que je n'ai rien à lire ou que j'ai envie d'autre chose...

Quant à son écrivain préféré : "Sans réfléchir, je répondrai Antoine de Saint Exupéry." Quant à son livre préféré, la réponse est plus délicate : "J’aime les histoires qui vous envahissent d’une atmosphère mystérieuse dans laquelle vous êtes totalement imprégnée et dont vous vous souvenez comme si vous l’aviez vécue." Elle a été marquée par « H.M.S. Ulysse » d’Alistair Mc Lean , « l’Auberge de la Jamaïque » de Daphnée du Maurier. "Mais à choisir je répondrai « Witness » dont le film avec Harrison Ford m’a impressionnée. Mon côté photographe me rend très « visuelle » et donc sensible à la description des lieux et des atmosphères, à tout ce qu’on peut traduire par la musique ou par des silences. Qu’à travers un mot on puisse « voir », je trouve cela carrément magique."
 

Annie-France Venin écrit depuis son bac. Mais c'est un concours via France Loisirs sur Nouvelles Plumes.com qui lui a fait terminer mon manuscrit : Dans le silence des larmes. "Je ne l’avais fait lire à personne avant ! Je voulais savoir ce qu’il valait". Elle a été sélectionnée dans les cents premières sur 1500, avec une note de 8.75 sur 10. Les critiques étaient bonnes et donc rassurée. Après cela, elle l’a repris tranquillement, remanié légèrement pour ensuite le faire lire à des amies qui m’ont encouragée à le faire éditer.

Mais avant d'en arriver là, commençons par le début de l'histoire, qui n'est pas encore terminée à l'heure où je vous écrits ces quelques lignes ...

L’inspiration pour ce premier roman « Dans le silence des larmes » lui est tout simplement venue de son intérêt pour la période de la seconde guerre mondiale. En effet, pendant son enfance, sa jeunesse, elle a baigné dans de brefs récits, de fugitifs témoignages poignants, d’anecdotes familiales qu'elle retenait comme d’autres enfants auraient retenu une belle histoire avant de s’endormir. 
Elle grandissait parmi de proches parents qui avaient traversé cette période, cette guerre qu’on apprenait à l’école avec des dates qu’eux n’avaient pas de mal à retenir puisqu’ils y étaient. Elle se passionnait donc pour cette période et lisait beaucoup de récits historiques ou de romans. Je me sens tout de suite très proche de vous sur ce point, moi aussi, j'ai entendu beaucoup d'anecdotes sur mes grands-pères, sur leurs épreuves, sur leur évasion, voir leur traversée de la France occupée, j'ai gardé en mémoire tous ces passages pour un jour peut être en parler d'avantage où les faire partager pour qu'on les utilise, je ne sais pas encore. A 16 ans, j'ai lu "La bicyclette bleue" qui parle de cette époque, j'ai été transportée, j'ai adoré même si le fond de la secondaire mondiale est grave, déchirant, révoltant, j'étais transportée...
Mais revenons à Annie-France Venin, je voulais savoir si elle s'était inspiré de ces lectures passées pour rédiger son livre ? "J’ai complètement inventé le scénario de mon livre mais comme je suis aussi une  passionnée d’aviation et qu’un de mes premiers livres d’enfance (et dédicacé) était « Le grand cirque » de Pierre Closterman, ce témoignage m’a donc bien aidée !".
Pour ce tome 1, (hormis tous les thèmes musicaux) Annie-France n’a pas énormément fait de recherches dans un premier temps car comme elle le disait : "je suis tombée dedans quand j’étais petite !" mais sa première mouture a dormi dans mes cartons de déménagement pendant longtemps et quand elle l’a ressortie, elle l’a remaniée et a eu à cœur d’être plus précise dans certaines informations. En revanche en ce qui concerne le tome 2 qui va revenir sur les années 40-50, elle doit approfondir par de sérieuses recherches.


Lors de l'écriture de ce premier tome , Annie-France n’a pas eu de difficultés à faire avancer son histoire : "L’écriture est l’aboutissement d’un scénario précis qui se déroule dans mon imagination", elle me confie tout naturellement que par contre, elle s'est trop attachée à ses personnages si bien que le tome 2 est devenu évident alors qu'elle ne l’avait pas prévu initialement ! Elle n'a donc pas connu de phase difficile mais par contre quelque chose de douloureux : oui ! Elle avoue que la mort d’un personnage est terrible pour elle : " tout d’abord, comme je le disais, je visualise tout comme un film avant d’écrire et là déjà c’est dur... Ensuite, devoir transcrire cette scène me torture. Quand un lecteur m’annonce qu’il a pleuré à ce passage, j’avoue qu’il n’est pas le seul..." N'en disons pas trop non plus, il ne faudrait tout de même pas trop spoiler pour ceux qui n'ont pas lu ce livre !!!!

Justement en parlant de ces personnages auxquels vous vous êtes tant attachée, ont-ils réellement existés ? "Certains personnages sont un mélange de personnes ou de caractères que j’ai connus mais reflètent surtout des valeurs, des qualités, que j’ai rencontrées en grandissant. Par exemple, les liens de loyauté et d’amitié sont très forts que ce soit entre le héros Martial et son meilleur ami Etienne, mais aussi entre les deux résistants : le père de Martial qui va confier sa famille à Valiange. Je pense aussi à des valeurs qui animent certains qui sont prêts à mourir pour défendre leur pays occupé, à d’autres capables de se sacrifier pour que d’autres puissent survivre, ou encore à ceux anonymes et silencieux qui sauvent des vies sans que jamais personne ne le sache, à ceux qui n’auront jamais de plaque sur un mur et dont on ne connaîtra jamais le nom. C’est la raison pour laquelle j’ai commencé à écrire : j’ai découvert une multitude d’héros anonymes dont on ne parlerait jamais dans les livres d’histoire." Merci, de rendre hommages à travers votre roman pour ces héros de l'ombre, ces personnages qui ont fait un peu pour en faire une Grande Histoire ... 

Après l'écriture de ce roman, il faut refermer le livre, non ? Qu'avez-vous ressenti, vous qui êtes tant attachés à vos personnages ? C'est étrange de pouvoir se dire, juger que son roman est achevé.

En fait, je n’ai pas envie de le lâcher et de me dire, dernier chapitre, c’est fini. Non, je veux rester encore parmi mes nombreux personnages attachants, vérifier que j’ai bien parlé de tel détail, relire ce dialogue... Puis il faut bien admettre que c’est terminé pour de bon et qu’il ne faut plus touché à rien, mais c’est reconnaître que je vais « l’abandonner » en quelque sorte... Curieux sentiment, un peu comme confier son enfant à d’autres, pour la première fois..."
 

Son futur projet c’est bien sûr la suite, avec ce tome 2 à l’écriture. Elle a aussi un autre manuscrit non achevé dans un carton, ainsi que dans la tête une amusante histoire pour enfant à écrire et à dessiner... Il faut juste qu'elle trouve le temps entre passer la débroussailleuse et décaper les volets... ?

Et rien que pour vous, j'ai eu le droit de vous dévoiler quelques spoilers du second tome pour vous donner envie de découvrir la suite :

Le tome 2 évoluera en temps réel, dans la suite du tome 1, avec des flash back  pour éclairer tout ce qui n'a pas pu être dévoilé dans le  tome 1, ah enfin des nouvelles révélations, j'ai vraiment hâte d'en savoir plus sur la dernière journée d'Alicja.
Etienne, le meilleur ami de Martial sera très présent dans cette suite.
Martial et son entourage seront confrontés à un nouveau "méchant" !
Tout va très vite dès le début : les silences ne vont plus tenir longtemps, il y aura encore des larmes (de toutes sortes !) et des surprises.
Le jeune frère de Céline, autrefois témoin innocent sera sans doute le seul à avoir assez de recul pour comprendre tout "ce qui va leur tomber dessus".
Il y aura encore des tableaux à découvrir...
 
Bon, j'ai encore quelques spoilers de côté, mais je ne veux pas trop vous en dire,...
 

Merci encore à Marie-France d'avoir eu le courage de répondre à toutes mes questions, même si je n'ai pas retranscrit l'ensemble de réponses, l'essentiel est ici, et puis, j'ai eu envie de garder certaines de vos réponses pour moi !!!


J'espère que vous me préviendrez lorsque vous aurez fini le tome 2, afin que je puisse rapidement connaitre la fin, mais je vous demande s'il vous plait et s'il est possible, une petite faveur... que ne font pas toujours l'effort de faire les auteurs et qui pourtant fait tellement de bien aux lecteurs, pouvez-vous, s'il vous plait, faire un court résumé au début du tome suivant, avec les révélations essentielles, pour être sûre que je n'ai rien oublié, ...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Bilan de l'année 2016

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

TTT #20 - Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016