Le livre perdu des sortilèges T1 - Deborah Harkness

Auteur : Deborah Harkness
Éditions : Le livre de poche
Genre : Bit-Lit
Date de publication originale : 2011
Pages : 832

    
 "Le livre relié de cuir n'avait rien de remarquable."


Synopsis :

 Diana Bishop est la dernière d'une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous - démons, sorcières et vampires - le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu'énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Ce que j'en ai pensé :

Le roman que j'ai eu entre mes mains a  toute une histoire, et avant de vous dire ce que j'en ai pensé réellement, il est peut-être pas important que je vous narre, son temps passé sur mes étagères, mais j'en ai tout de même envie. Ce livre est un cadeau, d'une personne avec qui j'ai échangé pas mal sur la lecture, qui ne fait plus parti de mon entourage et dont malheureusement je ne me souviens plus de son nom. Pour elle, ce livre était une pépite et elle souhaitait me le faire découvrir.
La première fois que je l'ai pris, je n'ai pas aimé les premières pages et je l'ai reposé sur mes étagères, en me disant que c'était peut-être pas le bon moment : c'était en 2015 ou 2016. Et je l'ai oublié. Un jour, j'ai proposé à ma mère de le lire, et pour elle c'était un véritable coup de cœur, elle s'est empressée d'acheter les autres tomes, et comme à son habitude, elle en a fait une lecture rapide puis une lecture lente, la première pour savoir au plus vite l'histoire et le dénouement, et la seconde pour apprécier chaque paragraphe qu'elle avait survolé à la vitesse de la lumière. Parce que ce roman qui contient plus de 800 pages, ma mère l'a lu en à peine deux jours, je ne sais pas comment elle fait : elle serait excellente pour les challenges des we à 1000, ou plutôt il faudrait lui donner des challenges des we à 2000 !!!
Devant son engouement, sur cette saga, j'ai donc décidé de lui redonner sa chance, mais encore une fois, rien à faire, cette fille qui tripote des livres dans une bibliothèque universitaire et qui utilise une magie qu'elle n'assume pas, je n'y arrivais pas. Je n'arrivais, une fois de plus, pas à dépasser la vingtième page.
Je ne vous dirai pas le nombre de fois que ma chère mère a lu ce roman, car en cas de dépression chronique, de pluie et d'ennuie, c'est devenu son livre de chevet, ça serait indécent.
Et puis, voilà, j'entends parler de la série qui est sortie sur Syfi, je crois (qui entre nous, je ne l'ai pas, j'ai déjà Netflix, et je n'arrive pas à suivre mes propres séries, alors si j'ajoute ce package, je ne sortirais plus de chez moi). Ma mère, fan de la première heure, n'ai pas au courant de la version télévisuelle, je lui montre la bande annonce, et puis ... je suis assez intriguée, séduite (?), je décide donc de retenter ma chance avec ce roman. La magie opère et je dépasse cette fois-ci facilement les premières pages et je m'immerge dans l'histoire de Diana, la sorcière et Matthew, le vampire.

Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce roman, même si celui-ci est loin d'être un coup de cœur, c'est que Daborah Harkness, ne nous propose pas une histoire d'amour gnangnan pour adolescente "acnéeuse", non, la relation du couple est beaucoup plus adulte parce que les personnages le sont aussi. C'est une grande réussite, les pensées de l'un et de l'autre sont cohérentes, plus profondes que dans les romans Young adult, déjà lus (même si je les apprécie d'une autre manière).

Cependant, je ne peux pas dire que j'ai adhéré à leur relation, il m'a manqué cette étincelle magique qui nous font dire : ils sont faits l'un pour l'autre, c'est pour la vie et touti quanti. Leur relation m'a laissé de glace. Ils prennent leur temps, pour se connaitre et se découvrir, il vont transgresser les lois du monde de l'étrange, on le sait alors pourquoi pas le faire dès le début puisque soi-disant leur attirance est tellement forte. J'avais parfois envie de leur dire  : "allez, on y va ? " mais en fait ils n'y vont pas. Alors je me suis plutôt rapprochée des personnages secondaires, et ils sont assez nombreux : d'époques et de familles différentes, et là j'ai trouvé mon compte : des méchant(e)s vraiment méchants, et des gentil(lle)s vraiment gentils. Réflexion sans doute trop manichéenne, mais au moins les choses sont claires dès le début et cela permet de laisser de la place au reste, et ici il s'agit de l'alchimie.

Et il faut bien l'admettre, ce roman est d'une richesse quant aux recherches de l'auteure dans ce domaine, elles ont dû être très nombreuses. Sans compter, qu'elle a su broder son histoire avec ce fil conducteur, nous permettant d'en apprendre beaucoup sur cette discipline moyenâgeuse, obscure et, encore de nos jours, si attirante. C'est un plaisir d'être au côté de Diana et sa team et d'enquêter. Car Déborah Harkness nous propose pas une simple relation bit-lit, elle imagine une enquête dans un monde qui est le notre avec des personnages particuliers. Nous voyageons à travers l'Angleterre, la France et les Etats-Unis et découvrons des endroits fabuleux, étranges et parfois terrifiants. Là encore, l'auteure a dû faire énormément de recherches et nous livre sa propre interprétation des lieux réels et fictifs avec beaucoup de simplicité.

C'est une belle réussite pour ce premier tome, même si on peut trouver qu'il n'y a pas beaucoup d'actions et de rebondissements, ce n'est pas ce que je pourrais qualifier de page-turner, mais il permet d'être plus profond dans ses descriptions, le caractère de ses personnages qui commence à se dessiner au fur et à mesure des pages, c'est un roman qui prend son temps, et finalement je n'ai envie que d'une seule chose, connaitre la suite, et c'est donc réussi.

Il m'a donc fallu du temps pour m'en rendre compte, mais merci à toi dont j'ai oublié le nom de me l'avoir fait découvrir, j'ai passé un très bon moment de lecture.

Citation :

"Apparemment, Clairmont n'appréciait pas plus les femmes qui ouvraient seules leur portière que celles qui lui tenait tête.
- Je suis capable de le faire toute seul, dis-je en descendant.
- Pourquoi les femmes de cette époque imaginent-elles qu'il est important d'ouvrir leur portière toutes seules ? répliqua-t-il. Jugez-vous cela comme une preuve de votre force physique ?
- Non, mais de notre indépendance, oui."


Petit Bonus :




Et pour répondre à votre question, non je n'ai pas vu la série, parce qu'il semble qu'elle reprenne des éléments du tome 2 et 3 et que je n'ai pas envie de me faire spoiler. Mais bientôt.






Le mot de la fin :

Une très bonne surprise pour ce roman, que j'avais mis de côté depuis trop de temps, une bit-lit plus mûre, plus fouillée, un univers travaillé, et une histoire basée sur une enquête et l'alchimie, elle a tous les ingrédients pour séduire un large public.

***

Commentaires

Articles les plus consultés