Rencontre avec Paul Colize

Hier soir, j'ai eu le privilège d'assister à la rencontre littéraire organisée par Babelio dans les locaux de Fleuve Editions pour rencontrer Paul Colize, pour son nouveau livre Concerto pour 4 mains qui sortira le 8 octobre dans toutes les bonnes librairies.

 
Paul Colize est un auteur que je ne connaissais pas avant d'être sélectionnée par Babelio pour assister à cette rencontre. Auteur Belge né en 1953, il est un grand passionné de romans policiers depuis son plus jeune âge. Il a écrit plus d'une dizaine de livres.

Rencontre un peu particulière, car je n'avais reçu le livre que la veille (des problèmes d'impression ayant retardé l'envoie) que mon facteur a laissé sous la pluie diluvienne et que j'ai du égoutter pendant un quart d'heure et sécher les pages encore gorgées d'eau au sèche cheveux. Ceci étant, je décide d'ouvrir le livre aux pages gondolées et encore humide et je me plonge dans l'histoire qui défile  une vitesse folle, je me suis encore couchée trop tard. J'ai rendez-vous à 18h30, j'ai 50 km de route, 1 heure et 53 minutes, j'arrive avec 10minutes de retard, ouf, je ne suis pas la seule ! tout ceci pour vous dire que je n'ai donc pas les 10 première minutes d'entretien, mais la suite est très riche.

Je comprends rapidement que Paul Colize nous explique que pour rédiger ce livre, il s'est approché et s'est lié d'amitié avec François Troukens, ex-braqueur de banque, qui a été en cavale, puis arrêter, juger, mis en prison, libéré, remis en prison, bref, un parcours qui a très largement inspiré son livre.

Paul Colize, nous explique que monter un braquage est une œuvre d'art, car il ne s'agit pas seulement de monter le casse mais il faut également démonter ce que la police va trouver, en effet comment faire en sorte de démolir les preuves, avec la police scientifique telle qu'elle est aujourd'hui, les moyens de communications et la surveillance, il est très difficile de ne pas se faire prendre. Il est donc nécessaire de travailler sur les deux plans : l'avant et l'après. Et c'est là que François Troukens a beaucoup aidé l'auteur, en lui racontant des éléments réels et surtout en imaginant ce qui pourrait être nouveau, imaginer un nouveau casse. Ceci est tout de même très surprenant, quand on sait que les rencontres entre l'ex-braqueur et l'auteur se faisait en prison toutes les semaines et que leur principal sujet de conversation était de monter un braquage. Pour éclaircir ce point, je dois vous dire qu'initialement François Troukens avait décidé de tourner la page et de s'orienter vers un parcours professionnel bien différent (écriture, film,...) mais que malheureusement ces projets lui ont valu de violer sa conditionnelle (voir article presse suivant) et de retourner en prison pour une durée de 6 mois. Ceci étant, Paul Colize a pu mieux décrire l'univers carcéral d'aujourd'hui et de coller son écriture à la réalité des prisons belges, il a de nombreuses fois insister sur le fait que les prisons ont évolués depuis 7 ou 8 ans et qu'il voulait traduire dans son livre ce qui se passe maintenant.

Autre sujet abordé lors de cette rencontre : est-il possible d'arrêter ? Paul Colize nous répond en utilisant les mots des avocats, à savoir "Je l'ai déjà entendu 150 fois". L'auteur nous dit que très souvent les braqueurs replongent soit dès leur sortie ou plus tard et souvent à cause de connaissances ou le plus souvent à cause d'une certaine pression de la part de leur entourage. Il évoque également le fait que l'adrénaline est pour eux un terrible carburant et que les 3 ou 4 jours qui suivent le braquage l'euphorie est telle que les émotions ressenties sont addictives et que c'est aussi pour cette raison qu'il est facile de replonger car il ne faut pas croire, l'argent dérobé est vite flambé, il faut payer beaucoup de monde (les informateurs, les petites mains, ...) et au final pour ceux qui replongent c'est plus un défi, un dépassement de soi qu'un besoin d'argent. Quoi que !!!! Je viens d'évoquer beaucoup de monde, mais d'où vient l'information première ? Paul Colize nous apprend que dans l'immense majorité des braquages, les braqueurs ont l'information de ce qu'il y a dans les fourgons, il y a toujours une taupe, que ça soit le convoyeur, la compagnie d'assurance ou le client lui-même. A voir qui sera la taupe dans son roman !!

Paul Colize évoque ensuite le personnage principal de son livre, l'avocat pénaliste. Là encore, Paul Colize s'est rapproché de Pierre Monville et ce n'est pas une coïncidence si son personnage lui ressemble physiquement, même si leur histoire est différente. Ces rencontres lui ont permis de découvrir le système judiciaire belge, qu'il ne connaissait pas auparavant, de connaître se qui se passe lorsque l'on se fait arrêter jusqu'au procès d'assise. Paul Colize a été choqué par le disfonctionnement de la justice belge (la justice française n'est peut être pas meilleure me direz-vous, je ne sais pas) et il a souhaité retranscrire ces disfonctionnements tels quels dans le livre, des informations brutes sans jugement. Paul Colize se garde bien de dire qu'il s'agit d'un pamphlet sur la justice belge, il a seulement écouté François Troukens et Pierre Monville qui n'ont malheureusement pas rapporté du positif.

Nous évoquons ensuite, Julie, personnage du roman, et Paul Colize, nous avoue qu'initialement il n'avait pas prévu qu'il y ait des femmes dans son roman, il voyait quelque chose de plus macho. Mais c'est une idée de François Troukens d'associer cette femme au braquage, cette femme ayant exister dans son passé où plutôt ces femmes, car Julie est un personnage imaginaire qui les mélange.

Comme évoqué au début de cet article, Paul Colize est belge et c'était très important pour lui de baser son roman en Belgique et plus particulièrement à Bruxelles. Car pour lui, il est nécessaire de connaître la ville, les mentalités, la façon de parler pour mieux retranscrire l'histoire. Mais surtout Bruxelles a beaucoup de facettes, des quartiers totalement différents, il y a le Bruxelles de jour et de nuit, un quartier huppé le jour peut devenir une plaque tournante la nuit et Paul Colize voulait faire découvrir cela à ces lecteurs et surtout maîtriser ce qu'il connait.

Pour finir, un des derniers points évoqué lors de cette rencontre est le style de Paul Colize. Pour lui, le style d'écriture est un travail inimaginable. Nourri à la littérature anglo-saxonne, son style est très direct, sans fioritures (qui l'agace profondément), pour lui, il faut décrire les faits, les lecteurs ne sont pas des idiots et sont capables de réinterpréter les émotions. Il cherche à faire court (trop court ?) pour que nous ayons qu'une seule envie c'est d'avancer dans le roman. En tout cas sur moi ça fonctionne, le peu que j'ai déjà lu, j'ai trouvé le style direct mais pas glacial, très visuel, pari réussi Monsieur Colize.

Commentaires

  1. Beau résumé de cette chouette rencontre ! C'était un plaisir d'écouter cet auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. En effet cet auteur était passionné par son livre. Cette rencontre était très agréable.

      Supprimer
  2. Quel joli compte-rendu ! Cette rencontre m'a tout l'air avoir été fort agréable et très enrichissante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui, cette rencontre à été très agréable et j'ai beaucoup aimé decouvrir les recherches que l'auteur a fait pour écrire un livre qui ´tienne la route ´.

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas l'auteur et son livre et j'ai pris beaucoup de plaisir à les découvrir grâce à ton compte-rendu ! Ça a dû être un moment sympa cette rencontre (malgré les péripéties avec le livre :D) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le moment était très agréable, mais je viens de finir ma lecture et j'avoue avoir été un peu déçue au final :(
      A bientôt avec ma prochaine chronique du livre.

      Supprimer
  4. J'ai lu le livre à sa sortie et je trouve ce compte-rendu super intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. J'aime bien faire des restitutions de mes rencontres littéraires, j'en ai une la semaine prochaine et j'espère faire un beau CR de nouveau ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Vol de nuit - Antoine de Saint-Exupery

TTT #20 - Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016