S.A.S. à Istanbul - Gérard de Villiers

Auteur : Gérard de Villiers
Éditions : Vaugirard
Genre : Espionnage
Date de parution : 1965
Pages : 251

"Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge regardait le Bosphore."

Synopsis :
    Malko Linge, qui fait des extras pour la Central intelligence Agency, le Deuxième Bureau américain, n'est pas un agent secret ordinaire : c'est Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge. il possède un château en ruine. Chaque mission qu'on lui propose doit lui rapporter de quoi réparer une toiture, un pan de mur... Lorsque Washington lui confie une enquête sur un sous-marin atomique mystérieusement disparu dans les Détroits, Malko se doute qu'il aura affaire à forte partie




Ce que j'en ai pensé :

SAS... Pour ceux qui n'en ont jamais su la signification, la voici : Son Altesse Sérénissime. Une couverture mythique que l'on a tous déjà croisé dans les librairies des gares. D'ailleurs, il est qualifié de roman de gare. Les SAS représentent pas moins de 200 ouvrages qui ont été écrits entre 1965 et 2013. Sur les couvertures, toujours des filles légèrement vêtues ou devrais-je dire complétement dévêtues ont fait toute son emblème. Je n'en avais jamais lu, c'est mon premier, et j'ai commencé par le premier de la saga que mon ami Marc a bien voulu me prêter. Je te remercie de m'avoir fait découvrir ce roman d'un genre tout nouveau pour moi.

En effet, c'est la première fois que je lisais un roman catégorisé comme roman d'espionnage. Alors bien évidemment lorsque l'on pense à l'espionnage pour une néophyte comme moi, je ne peux que m'imaginer James Bond, avec son Aston Martin, ses gadgets et de ravissantes créatures à son bras. Ici Gérard de Villiers nous propose quelque chose de plus subtile, non je m'emballe : pas de voiture de luxe à l'horizon, juste une voiture taxi pourrie et son chauffeur louche, pas de gadgets, mais les créatures de rêve sont elles présentent même si Malko Linge manque désespérément de charisme et de classe. Mais c'est peut être, au final, un personnage beaucoup plus proche de la réalité que ne l'ai notre très cher James Bond. Il travaille dans l'ombre, avec une équipe pour faire le sale travail à sa place, lui n'est en fait que le cerveau de l'équipe qui essaye de dénouer le nœud du problème. Alors non, il ne plongera pas avec des bouteilles d'oxygène dans le Bosphore, pas la peine de se mouiller lorsque d'autres peuvent le faire à sa place...

Alors oui, on peut dire que SAS à Istanbul fait maintenant vieillot, où l'intrigue est simple, sans grand retournement de situation, sans grand suspens, mais il a le mérite d'être une lecture facile, sans prise de tête et sans tension, ce qui en ce moment me convenait parfaitement bien, j'y reviendrais sans doute ...

Citation :

"Ecœuré, Malko pris sa clef, l'ascenseur et deux comprimés de rembutal.
Il y a des soirées qu'il ne vaut mieux pas prolonger."

Le mot de la fin :

Un roman qui a sans doute beaucoup vieilli, à une époque ou la guerre froide faisait rage. La tension entre américains et russes est laissé en arrière plan pour mettre en avant un personnage loyal et persévérant, qui va jusqu'au bout de sa mission sans faire de vague, et c'est sans doute un peu trop plat.

***


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Bilan de l'année 2016

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

TTT #20 - Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016