Le rouge vif de la rhubarbe - Audur Ava Olafsdottir

Auteur : Audur Ava Olafsdottir
Éditions : Noyelles
Genre : Contemporain
Date de publication originale : 2016
Pages : 156

"Elle avait promis à maintes reprises de ne pas descendre seule traîner sur le ponton."

Synopsis :
 Souvent aux beaux jours, Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s’allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. C’est là, dit-on, qu’elle fut conçue, avant d’être confiée aux bons soins de la chère Nína, experte en confiture de rhubarbe, boudin de mouton et autres délices. Singulière, arrogante et tendre, Ágústína ignore avec une dignité de chat les contingences de la vie, collectionne les lettres de sa mère partie aux antipodes à la poursuite des oiseaux migrateurs, chante en solo dans un groupe de rock et se découvre ange ou sirène sous le regard amoureux de Salómon. Mais Ágústína fomente elle aussi un grand voyage : l’ascension de la « Montagne », huit cent quarante-quatre mètres dont elle compte bien venir à bout, armée de ses béquilles, pour enfin contempler le monde, vu d’en haut…

Ce que j'en ai pensé :

C'est toujours aussi difficile de rédiger une chronique sur un livre qui ne m'a rien apporté. J'ai trouvé ma lecture insipide, fade sans début ni fin.

Une note de l'éditeur dit sur la quatrième de couverture : "Le Rouge vif de la rhubarbe éclaire à merveille l'œuvre de la grande romancière islandaise." Et ben dit donc avec ça, je suis totalement rassurée sur le fait que je vais avoir du mal à sortir de ma PAL Rosa Candida.

Pourtant je comprends les personnes qui se sont laissées porter ou devrais-je dire bercer par Ágústína, elle affronte son quotidien des rêves plein la tête, et regarde passer les nuages au dessus d'elle et réinvente le monde à sa façon. Ce livre n'est qu'une succession de mini scénettes sans véritable lien les unes avec les autres, c'est presque comme si l'auteure avait décidé de nous balancer au visage des instants de vies décousus. Je n'ai donc pas été sensible à l'histoire et à la plume de notre célèbre romancière islandaise.

J'ai terminé de lire ce livre il y a une semaine, et déjà il ne m'en reste pas grand chose ...

J'ai bien conscience que c'est peut être la chronique la plus courte de mon blog, mais là je ne sais pas quoi vous dire de plus, je ne suis surement pas le meilleur public pour ce genre de littérature.

Citation :

" - Je suis contente que tu te sois fait un camarade mais je préfère que vous ne vous enfermiez pas là-haut dans la chambre. Les garçons de son âge n'ont pas encore la maturité suffisante pour apprécier la beauté de l'âme et la personnalité d'une femme."

Le mot de la fin :

Un livre vite lu et encore plus vite oublié ...

***

Commentaires

  1. Mince! Encore une lecture fade... grrr, c'est dommage, le titre me tentait bien, mais je vais passer mon tout je pense...

    RépondreSupprimer
  2. La couverture est très jolie en tout cas :p (il faut bien voir le positif!)
    Et puis c'était pas une lecture complètement inutile puisque tu valides plein de challenges :D
    *Hors-sujet : Je vais à Bxl la semaine prochaine, j'espère que je trouverai de quoi compléter ta box :D*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas vu la chose comme ça, merci ;)
      *J'ai pas le temps, j'espère que Février sera plus propice ;)*

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Bilan de l'année 2016

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

TTT #20 - Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016