Birdman - Mo Hayder


Auteur : Mo Hayder
Éditions : France Loisirs
Genre : Policier
Date de publication originale : 2000
Pages : 497


"North Greenwich. Fin mai. Trois heures avant le lever du soleil, le fleuve était désert."

Synopsis :
    Dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse met au jour cinq cadavres de femmes atrocement mutilées.
Un seul lien unit tous ces corps tailladés puis recousus : un oiseau a été enfermé vivant à l'intérieur de chaque cage thoracique. C'est avec ces meurtres en série que l'inspecteur Jack Caffery inaugure son nouveau poste au Service régional des enquêtes sensibles. Entre l'hostilité de certains de ses collègues, sa vie conjugale étouffante et la tension grandissante entre lui et un voisin qu'il soupçonne d'être responsable de la disparition de son propre frère, Caffery est mis à rude épreuve.
Mais l'enquête dont il est chargé est de celle qui font oublier tout le reste. D'ailleurs, il le sait d'expérience : le cauchemar ne fait que commencer.

Ce que j'en ai pensé :

Un synopsis accrocheur, un premier chapitre mené tambour battant, un corps, puis un autre, puis un troisième, ... Jusqu'où ces découvertes macabres vont nous mener. Des autopsies qui révèlent des monstruosités. Ce livre avait tout pour en faire un roman que j'aurais sans doute dévorer si je ne mettais pas autant ennuyé au fur et à mesure de sa découverte.

Ce livre est construit selon moi, comme un bon épisode d'Esprit Criminel. Mais voilà, j'aime regarder cette série, mais la lire, pas forcément. On retrouve la classique équipe de choc composée de plusieurs membres dont chaque personne a ses propres qualités menée de main de maitre par un inspecteur extrêmement brillant et capable de recul sur ce qui est en train de se passer, hanté par sa vie privée, bref le gentil qui ne veut faire de peine à personne, à savoir Jack Caffery. Et cette équipe de choc, ne peut bien évidemment pas travailler toute seule, car l'affaire est trop importante et peut faire trop de vagues, alors elle est renforcée par d'autres membres, beaucoup moins intelligents, aveuglés  par leurs préjugés et leurs discriminations raciales : un vrai cliché. Deux équipes qui travaillent sur l'affaire, qui jouent la mésentente et suivent leurs propres pistes. J'ai trouvé que cela faisait très brouillon et déjà vu à la télé ...

Et puis, il y a le tueur dont on découvre l'identité beaucoup trop tôt. Son enfance malheureuse, sa mère mante religieuse, un père absent, et on comprend si on ne l'avait pas compris avant que les suspects de la seconde équipe ne sont pas les bons.

Bref, j'ai préféré arrêter ma lecture au bout de 152 pages, où l'histoire s'empêtre, en fausses pistes, en cherchant des suspects qui n'existent pas, c'est long, même Caffery a trop d'état d'âme.

J'avais lu Rituel, que j'avais eu du mal à terminer, trop long et trop torturé, je ne suis pas sure de poursuivre la lecture des affaires suivies de Jack Caffery ; je me cantonnerais sans doute au one shot de Mo Hayder, comme Pig Island, que j'avais adoré même si beaucoup d'opinions diffèrent de la mienne ...

Citations :

"-Vous savez, ces types ne sont pas des magiciens, [...]. Ceux qui nous enlèvent des êtres chers sous notre nez, ils ne sont pas spécialement intelligents. Dans la plupart des cas, je me suis rendu compte qu'au contraire ces tarés sont particulièrement inintelligents.
- Inintelligents ?[..]
- Ils ont parfois de la chance."

Le mot de la fin :

Un scenario prometteur qui ne m'a pas tenu en haleine. Trop proche des bonnes séries télévisées policières américaines, qui durent que 40 minutes et c'est suffisant, là 497 pages pour raconter une histoire, c'est trop long...

***

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

Illusion, tome 1 : Le commencement - Charlotte Sanchez

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

Sleepy Hollow La légende du Cavalier sans tête - Washington Irving