Triologie Divergente - Véronica Roth


Catégorie : Dystopie

Le mot de l'éditeur :
Tome 1  : Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d'aptitudes n'est pas concluant. Elle est divergente. Ce secret peut la sauver... ou la tuer.
Tome 2 : Abandonnant une ville à feu et à sang, Tris est en fuite. Grâce à ses facultés de Divergente, elle a réussi à échapper au programme des Érudits qui a manipulé et lancé les soldats Audacieux à l'assaut des Altruistes. En trois jours, Tris a perdu sa faction, ses amis, ses parents. Pourtant, elle n'a pas le droit de baisser les bras. Elle seule peut se dresser face aux Érudits. Les combats ont repris, et le temps presse....
Tome 3 : Le règne des factions a laissé place à une nouvelle dictature. Tris et ses amis refusent de s'y soumettre. Ils doivent s'enfuir. Mais que trouveront-ils au-delà de la clôture ? Et si tout n'était que mensonge ?

Ce que j'en ai pensé :
Que vous dire au sujet de cette trilogie qui n'a pas déjà été dit des milliers de fois sur des milliers de blogs.
J'ai lu cette trilogie l'été dernier en vacances et j'avoue avoir eu du mal à décrocher de ces livres : une fois commencé, on ne s'arrête plus. J'ai tout simplement était séduite par le concept des factions que je n'avait jamais rencontré auparavant :




Les altruistes :
Les personnes appartenant à cette faction ne se regardent pas dans un miroir car se serait montrer trop de vanité, ils sont là pour aider leur prochain et sont désintéressées par l'argent, le pouvoir, l'ambition,...
J'avoue, je crois que si j'avais été élevée parmi les altruistes, je ne suis pas sure, moi non plus, d'être restée dans cette faction.







Les sincères :
Comment vous dire que toute vérité n'est pas toujours bonne à dire et plus on avance dans notre lecture, plus le nombre de secrets augmentent. C'est un vrai délice et surtout de nombreuses surprises lorsqu'on les découvrent. Ils permettent de faire rebondir le cours de l'histoire, de donner du rythme et de rendre le lecteur encore plus accro qu'il ne l'était déjà.







Les fraternels :
Ce sont les hippies de la communauté, je les imagine avec des fleurs dans les cheveux, la barbe et les cheveux longs !!!! "Ils ont toujours l'air serviables, aimants, libres " chapitre 5, tome 1.
Libre, je ne le pense pas vraiment, ils sont tout de même ceux qui nourrissent l'ensemble de la communauté ce qui est un véritable poids sur leurs épaules. Pacifique dans l'âme, la rébellion ne fait pas partie de leur vocabulaire. dommage, j'aurais bien vu un remake de Jacquou le Croquant.




Les érudits :
Têtes pensantes de la communauté, cette faction a pour but d'inventer.... "Les érudits sont tenus de toujours porter au moins un vêtement bleu, car cette couleur fait secréter par le corps des substances chimiques apaisantes " et "un esprit apaisé est un esprit clair" chapitre 28, tome 1.
C'est peut être clair dans leur esprit mais pas dans leurs actes. J'ai trouvé très bien pensé d'imaginer de pouvoir contrôler la population par des puces injectées dans le corps.





Les audacieux :
Bien évidemment, c'est la faction que nous souhaitons tous choisir ou presque (j'ai un léger penchant également avec les fraternels juste pour la quiétude de l'esprit). Ce sont les Hells Angels, habillés de noir, ils ont pour but de protéger la communauté contre l'extérieur de la barrière qui entoure la ville et doit se préparer à quoi, on ne sait pas mais en tout cas ils se préparent. Ce sont les bad boys and girls et surtout comme ils sont beaux !!! Et oui, les livres ça sert à nous faire rêver non.


Les sans-factions :
Ce sont les laisser pour compte, on rentre dans leur univers à partir du deuxième tome et on se rend compte que leurs idéaux sont tout aussi importants dans le fonctionnement de la ville.

Voilà, je ne veux pas répéter trop de choses qui ont déjà été dites sur le sujet, mais un petit peu quand même pour ceux qui seraient encore passés à côté, mais de quel voyage intersidéral rentres-tu ?


Les images qui me restent dans la tête :
Elles sont encore très nombreuses mais maintenant se confondent un peu avec les films.

La cérémonie du choix, les différentes vasques posées et la multitudes de questions que se posent Tris pour ne pas décevoir ces parents, réaliser son rêves, ...

Les combats d'entraiment dans la faction des altruistes : je n'ai pas compter le nombre de coups que cette pauvre fille à reçus.

Les premiers sentiments ressentis par Tris pour Quatre lorsqu'ils montent sur la grande roue (on ne les ressent pas autant dans le film, quel dommage, mais je sais que c'est difficile)

Les trains qui ne s'arrêtent pas : courir, ouvrir la porte, saurer, monter et surtout souffler !!!

Le message à la fin du tome 2 sur les murs de la tour des érudits.

Les paysages à l'extérieur de la ville au delà de la barrière.

La fin, mais chut !!!

Critique presse :
A travers des personnages très charismatiques et attachants, notamment la jeune héroïne, le roman traite de sujets essentiels qui intéressent toutes les sociétés. (Ricochet Jeunes - 01/03/2012)

Citations :

Les gens avides de pouvoir et qui finissent par l'obtenir vivent dans la terreur de le perdre. Et c'est pour cette raison qu'il ne faut en donner qu'à ceux qui ne le désirent pas. Tome 1

"Je crois aux actes de courage ordinaire, au courage qui pousse une personne à prendre la défense d'une autre." C'est une belle pensée. Tome 1

Je crois qu’on a commis une erreur, déclare-il doucement. On s’est tous mis à dénigrer les valeurs des autres factions sous prétexte de mettre les nôtres en avant. Je n’ai pas envie de faire ça. Ce que je veux, c’est être courageux, et altruiste, et intelligent, et gentil, et sincère. Tome 1

J’ai découvert que les gens sont constitués de multiples couches de secrets. On croit les connaître, les comprendre, mais leurs motivations nous restent toujours cachées, enfouies au fond de leur cœur. On ne peut jamais savoir qui ils sont vraiment. Mais on peut parfois décider de leur faire confiance. Tome 2

"J'aime Tris la Divergente, celle qui prend des décisions sans se soucier de loyauté envers une faction, l'Audacieuse qui n'est pas une caricature. Mais la Tris qui s'obstine à se détruire ... je ne peux pas l'aimer" Tome 2

En le regardant, je vois un roi contemplant son royaume, qui lui paraît beau. J'observe la rue, la chaussée craquelée et les corps sans vie aux poches retournées, les fenêtres scintillantes à la lueur des flammes. Et je comprends que la beauté qu'il voit, c'est simplement la liberté, celle d'être considéré comme un homme à part entière et non comme quelqu'un de déficient.  Tome 3

Le fait de ne pas parvenir à accepter qui elle est ne m'autorise pas à décider ce qu'elle doit devenir. Tome 3.

Le mot de la fin :
Comme vous l'avez compris j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre mais si je dois mettre un petit bémol cela concerne le tome 3, où j'ai eu du mal à rentrer dans la tête de Quatre trop habitué à être dans celle de Tris, et oui habitude quand tu me tiens !
Petite confession : j'ai donné ces livres à ma mère qui comme je me doutais par avance les a dévorés, elle m'a avoué avoir pleuré comme une adolescente, avoir souffert pour Tris et d'avoir compris la douleur de Quatre. Pour moi, j'ai rencontré des émotions moins fortes mais qui ne m'a pas empêché cet été là de crier à qui voulait l'entendre de lire ces livres.

















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Bilan de l'année 2016

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

TTT #20 - Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016