Vol de nuit - Antoine de Saint-Exupery

Auteur : Antoine de Saint-Exupéry
Edition : Folio
Genre : Classique
Date de publication originale : 1931
Pages : 188

Ma note : 14/20

"Les collines, sous l'avion, creusaient déjà leur sillage d'ombre dans l'or du soir."

Synopsis :
Ainsi les trois avions postaux de la Patagonie, du Chili et du Paraguay revenaient du sud, de l'ouest et du nord vers Buenos Aires. On y attendait leur chargement pour donner le départ, vers minuit, à l'avion d'Europe. Trois pilotes, chacun à l'arrière d'un capot lourd comme
un chaland, perdus dans la nuit, méditaient leur vol, et, vers la ville immense, descendraient lentement de leur ciel d'orage ou de paix, comme d'étranges paysans descendent de leurs montagnes. Rivière, responsable du réseau entier, se promenait de long en large sur le terrain d'atterrissage de Buenos Aires. Il demeurait silencieux car, jusqu'à l'arrivée des trois avions, cette journée, pour lui, restait redoutable.
 
Ce que j'en ai pensé :
 
Comment devrais-je qualifier ce livre de Saint-Exupéry sinon comme un roman racontant durant une seule nuit les précurseurs, ou devrais-je dire les pionniers des vols de courriers. Ce roman est un hymne à ces courageux pilotes qui partaient une heure avant le coucher du soleil et savaient  qu'ils allaient voyager de villes en en villes toute la nuit. Par leur force et leur courage, ils ont révolutionné le transport aérien en bravant tous les dangers du vol de nuit.
 
Ce livre raconte également l'histoire de Rivière, le responsable du réseau, les choix et les décisions difficiles qu'il doit prendre pour assurer les vols et surtout le départ à l'heure du vol vers l'Europe. Rivière semble un personnage extrêmement froid, démuni de sentiments, sans reconnaissance pour les gens qui l'entourent mais à cette époque, il a fait le pari que les vols de nuits pouvaient fonctionner, c'est un homme en avance sur son temps plein d'honneur qui veut démontrer que l'aviation est à l'aube d'une nouvelle aire et c'est pour cela qu'il ne veut rien laisser au hasard. Cette époque qui nous parait tellement éloignée de celle que nous connaissons, où il n'y a pas de reconnaissance mais le devoir de bien accomplir, le devoir d'écouter les ordres et de les respecter sous peine de lourdes sanctions, le rôle du responsable n'est pas de faire de concessions et de se faire respecter. C'est froid, c'est rude, efficace pas sûre, mais j'ai trouvé ce dévouement à son pays, à son rêve, à sa mission tellement bien raconté.
 
Et puis il y a Fabien, le pilote d'avion, qui se perd dans le cyclone, qui tente le tout pour le tout pour retrouver son chemin et qui décide de monter toujours plus haut pour voir les étoiles une dernière fois ? Et là encore, il ne pense qu'à sa mission, il en oublie sa femme qui elle s'inquiète de ne pas encore avoir de nouvelle, il ne veut que voir l'aube apparaitre derrière les nuages, ne pense qu'à ses mains, il a une force mentale qui le transcende.
 
Vol de nuit, ou plus exactement des VolS de nuit, démontre le dépassement de soi pour une grande cause, l'importance du devoir, et ce sont avec ces personnes que le monde change et s'améliore, que chaque découverte cache de grands hommes, des hommes qui ont un rêve et qui pour l'atteindre n'ont pas de limites.
 
Je pourrais également vous dire, que ce n'est pas une écriture facile, que certaines descriptions sont longues car je ne suis pas moi-même férue d'aviation, que le sujet n'est pas ce que je pourrais qualifier de passionnant, mais la force de la volonté de ces hommes, leur foi en ce qu'ils font dépassent le reste et l'écriture passe au second plan, nous sommes emmenés dans un rêve, le rêve d'une nuit, ballotés par le vent, au dessus des montagnes, des plaines et des collines, où le temps s'arrête quelques heures pour suivre ces fous du vol lent (1h30 maximum, une nuit, plusieurs escales).
 
Citations :
 
"Suis-je juste ou injuste ? Je l'ignore. si je frappe, les pannes diminuent. Le responsable, ce n'est pas l'homme, c'est comme une puissance obscure que l'on ne touche jamais, si l'on touche pas tout le monde. Si j'étais très juste, un vol de nuit serait à chaque fois une chance de mort."
 
"Cet homme, au milieu de ces millions d'hommes, était préparé seul pour cet étrange sacrifice. Elle en eut du chagrin. Il échappait aussi à sa douceur. Elle l'avait nourri, veillé, caressé, non pour elle-même, mais pour cette nuit qui allait le prendre. Pour des luttes, pour des angoisses, pour des victoires, dont elle ne connaitrait rien. Ces mains tendres n'étaient qu'apprivoisées, et leurs vrais travaux étaient obscurs."
 
"Fabien pensait à l'aube comme à une plage de sable doré où l'on se serait échoué après cette nuit dure. Sous l'avion menacé serait né le rivage des plaines. La terre tranquille aurait porté ses fermes endormies et ses troupeaux et ses collines. toutes les épaves qui roulaient dans l'ombre seraient devenues inoffensives. S'il pouvait, comme il nagerait vers le jour !"
 
Le mot de la fin :
 
Ce classique n'est pas un livre comme les autres, c'est un livre de passionnés qui ne vivent que pour leur mission, faire décoller le vol de courrier en partance pour l'Europe à l'heure. Chacun des personnages a sa propre force, son propre devoir, sa rigueur dans ces actes et ne plie pas devant l'imprévue. Ce livre nous emporte au delà des mots.
 
***

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

Illusion, tome 1 : Le commencement - Charlotte Sanchez

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

Sleepy Hollow La légende du Cavalier sans tête - Washington Irving